Bienvenue!

La Società Dante Alighieri du Valais est une des 400 "Società Dante Alighieri" présentes dans le monde entier, et dont le but est la promotion et la diffusion de la langue et de la culture italiennes. Elle organise des événements culturels (concerts, conférences, théâtre, expositions,...) tant en langue italienne qu'en langue française.

Partenaires

Partners

Événements à venir


  • Dimanche, à 17:00

    Molière | Lully - Italies secrètes

    Molière | Lully - Italies secrètes

    Fondation Pierre Gianadda

    Rue du Forum 59 - 1920 Martigny

    Conférence

    Une part importante de la création moliéresque est dévolue au genre singulier de la comédie-ballet, cet art total où musique, danse et théâtre s’allient pour éblouir le spectateur. Dans cette recherche, Molière aura deux collaborateurs musicaux principaux : Jean-Baptiste Lully, d’abord, Marc-Antoine Charpentier, ensuite. Or, chacun de ces deux hommes tisse avec l’Italie un rapport puissant. Le premier, Giambattista Lulli de son vrai nom, tentera sa vie durant de faire disparaître une italianité contraire à ses aspirations. Le second, au contraire, revient de Rome lorsque Molière en fait son associé ; il y a vraisemblablement étudié auprès de Carissimi et fréquente à Paris un cercle d’intellectuels italophiles.

    Entre assimilation et innovation, entre opéra italien et ballet à la française, la comédie-ballet oscille. Quels en sont les enjeux artistiques ? Nous nous proposons d’explorer, en musique, cette part parfois négligée de l’art du grand dramaturge. Nous plongerons ainsi dans la France du Grand Siècle, mais - à travers elle - découvrirons au passage quelques Italies secrètes…


    Benoît Capt, baryton
    Elisa Fellay, mezzo-soprano
    Marie Favre, musicologue, conférencière
  • Vendredi, à 19:00

    La Florence des Medici

    La Florence des Medici

    Fondation de Wolff

    Rue de Savièse 16 - 1950 Sion

    Conférence

    La conferenza prenderà in esame la storia della famiglia Medici di Firenze, i quali hanno promosso e favorito, come pochi altri mecenati, l’arte e la cultura del loro tempo. Molti capolavori, che possiamo ammirare nei numerosi musei fiorentini, sono in gran parte stati commissionati proprio dai diversi membri della famiglia fiorentina tanto che la storia e l’identità stessa della città toscana è legata da un doppio filo alla dinastia dei Medici. Percorreremo così un viaggio nella Firenze medicea, alla scoperta di meravigliose opere realizzate da alcuni tra i maggiori artisti italiani come Sandro Botticelli, Michelangelo e Giorgio Vasari.


  • Dimanche, à 16:00

    La Divine Comédie et Les Fleurs du Mal

    La Divine Comédie et <i> Les Fleurs du Mal </i>

    Martigny

    Discussion

    Le professeur Antonio Prete, à partir de sa traduction des Fleurs du Mal et de celle de la Divine Comédie par Danièle Robert, s’entretiendra avec celle-ci sur le rapport de Baudelaire à Dante ; sur ce qui est mis en jeu dans la traduction du texte poétique, d’une part, dans l’écriture poétique même ; d’autre part, sur ce qui les différencie et les rapproche, sur leur force et leurs fragilités respectives. Le dialogue sera illustré par la lecture d’extraits des deux ouvrages ainsi que de poèmes d’Antonio Prete, chacun dans sa langue originale et sa traduction. 

    Événement organisé en collaboration avec Cellules Poétiques.

    Cellules Poétiques

    Danièle Robert, traductrice et écrivain

Événements passés


  • Jeudi, à 18:00
    Annulé !

    Histoires des femmes dans les cours italiennes de la Renaissance. Le cas de Battista Sforza

    Histoires des femmes dans les cours italiennes de la Renaissance.   Le cas de Battista Sforza

    Fondation de Wolff

    Rue de Savièse 16 - 1950 Sion

    Conférence en italien de la prof. Maria Rita Silvestrelli

    Le 7 juillet 1472, Battista Sforza, épouse de Federico da Montefeltro, meurt subitement à Gubbio, à l'âge de 26 ans seulement. Quelques mois auparavant, elle avait donné naissance à l'héritier tant attendu du duché : Guidobaldo. Considérée comme l'une des femmes les plus cultivées de son temps et dotée d'une grande aptitude à diriger, Battista avait été éduquée à Milan, à la cour de la famille Sforza, aux côtés d'une autre femme de grande valeur : Bianca Maria Visconti, dont elle avait appris, avec une rare intelligence, l'art de gouverner. Des artistes tels que Francesco Laurana et Piero della Francesca ont consacré plusieurs oeuvres à cette figure exemplaire de la cour d'Urbino et de Gubbio, La conférence évoque la vie d'une cour célèbre avec un regard approfondi sur le rôle des femmes.


  • Jeudi, à 17:00

    San Francesco e l’elogio della povertà in Dante

    San Francesco e l’elogio della povertà in Dante

    Chapelle des Ursulines

    Rue du Pré-d'Amédée 8 - 1950 Sion

    Conférence

    Delle tre “fiere” che terrorizzano Dante nei primi versi dell’Inferno, la lupa è sicuramente la più terribile. L’avarizia o cupidigia costituisce infatti agli occhi di Dante il peccato per eccellenza. Non perché si tratti di un vizio più grave di altri, più della lussuria, simboleggiata dalla lonza, o della superbia incarnata dal leone. Ma perché l’avarizia costituisce un vizio pervasivo, che corrompe non solo i singoli, ma le comunità intere, e le epoche storiche. Dante ne vede una prova nella condizione della società e della politica del suo tempo e anche nelle sue vicissitudini personali di esule. Questo privilegio accordato all’avarizia costituisce una scelta originale di Dante, anche dal punto di vista teologico. Soprattutto, se l’avarizia è il peccato più pericoloso perché più comune, la povertà non può che assumere un valore supremo agli occhi del poeta. Ma cosa significa povertà? Come può l’indigenza farsi virtù e addirittura modello politico? San Francesco costituisce il modello di questa paradossale funzione positiva della povertà ed è l’occasione per Dante di una meditazione più vasta sulla natura della morale cristiana.


  • Jeudi, à 20:00

    La ragione delle armi. Scienza e pratica dell’arte dello schermire nel Cinquecento

    La ragione delle armi. Scienza e pratica dell’arte dello schermire nel Cinquecento

    Bibliothèque du Lycée-Collège de la Planta

    Avenue du Petit-Chasseur 1 - 1950 Sion

    Conférence

    Il desiderio di sapere non è solo diretto ad oggetti di conoscenza meramente teorici, ma anche al sapere pratico. Questo desiderio può essere diretto a fini pericolosi o moralmente discutibili, come uccidere un proprio simile. Il presente intervento propone di affrontare questi due aspetti particolari della volontà di sapere tramite un esempio storico. Sarà basato sull’analisi delle prefazioni di due trattati simili per la loro forma così come per il luogo e il tempo della loro redazione – la Bologna del Cinquecento. Attraverso Dell’Arte di Scrimia di Giovanni dall’Agocchie (1572), e Lo Schermo di Angelo Viggiani dal Montone (1575), vedremo come questi maestri di armi cercano di formulare risposte a domande filosofiche quali la differenza tra sapere teorico e sapere pratico.


  • Jeudi, à 19:00

    Valaisans: Romains depuis quand?

    Valaisans: Romains depuis quand?

    Fondation Pierre Gianadda

    Rue du Forum 59 - 1920 Martigny

    Conférence

    Jusqu’ici on pensait que le Valais avait été intégré à l’Empire en 25 av. J.-C. (pour les pessimistes) ou en 16/15 av, J.-C. (pour les optimistes : ceux qui voyaient dans la Valaisans les irréductibles Gaulois résistant à l’envahisseur) après l’échec de l’opération de Galba, lieutenant de César, à l’automne 57 av. J.-C. Or des investigations archéologiques récentes, accompagnées d’une relecture des sources écrites, permettent d’envisager une intégration du Valais à la zone d’hégémonie romaine autour de 35 av. J.-C. Cette approche combinera l’archéologie et les données historiques. Cette conférence est organisée en collaboration avec nos deux partenaires:

    Fondation Pierre Gianadda et AMA ISR


    Michel Aberson, maître d'enseignement et de recherches retraité (UNIL)
  • Jeudi, à 19:00

    Il David: la forza dell'uomo in Donatello, Michelangelo e Bernini

    Il David: la forza dell'uomo in Donatello, Michelangelo e Bernini

    Fondation de Wolff

    Rue de Savièse 16 - 1950 Sion

    Conférence

    L’eroismo etico-morale e la visione dell’uomo nei due secoli che videro il succedersi del Rinascimento e del Barocco; tre capolavori assoluti della scultura universale che incarnano tre diverse idee della storia e mostrano a confronto i caratteri di tre grandi artisti diametralmente opposti, simboli del pensiero italiano.


  • Jeudi, à 19:00

    Comment lire la Divine Comédie? - deuxième partie

    Comment lire la Divine Comédie? - deuxième partie

    Bibliothèque du Lycée-Collège de la Planta

    Avenue du Petit-Chasseur 1 - 1950 Sion

    Conférence

    Lire le poème de Dante dans son intégralité est une tâche très exigeante. Malgré le rôle important joué par les écoles secondaires italiennes, au cours du XXe siècle, la lecture de l'oeuvre a surtout privilégié des épisodes isolés ou des chants déterminés, notamment en raison de l'influence exercée par Benedetto Croce sur la culture italienne. La lecture intégrale est évidemment la seule que Dante pouvait attendre de son lecteur, et en fait, on découvre dans le poème de nombreux indicateurs qu'il a conçus pour le guider sur ce chemin complexe, qui sont généralement négligés car ils concernent la soi-disant "structure". Les deux conférences tenteront de montrer certains de ces indicateurs, dans l'espoir que le septième centenaire de la mort de Dante Alighieri puisse inciter à faire l'expérience d'une lecture inoubliable.


    Simone Albonico, Université de Lausanne
  • Jeudi, à 20:00

    Dante et les troubadours: itinéraires musicaux de la Divina Commedia

    Dante et les troubadours: itinéraires musicaux de la Divina Commedia

    Fondation Pierre Gianadda

    Rue du Forum 59 - 1920 Martigny

    Conférence-Concert en français

    Le Moyen-Âge, à la suite de Boèce, divise la musique en trois grandes catégories : musica mundana, musica humana et musica instrumentalis. Si les deux premières, parfois regroupées sous l’intitulé de musica speculativa, regroupent l’ensemble des discours théoriques sur la musique et sont extrêmement valorisées, se voyant rapidement intégrées au cursus universitaire aux côtés des autres sciences du nombre (algèbre, arithmétique et astronomie), la troisième, correspondant à la pratique musicale concrète, jouit d’un statut plus ambigu. Or à ces trois catégories, permettant d’appréhender la totalité du monde, répond la tripartition de la Divina Commedia – ce qui se vérifie par trois rencontres vécues par le narrateur, comme autant de balises dans son parcours initiatique du plus bas au plus haut. Aux Enfers, Dante croise Bertrand de Born ; au Purgatoire, Arnaut Daniel ; et au Paradis, Bernard de Ventadour et sa Chanson de l’alouette. Ces noms sont ceux de trois grands troubadours occitans, poètes-musiciens dont l’influence irrigue la création dantesque. A travers ces figures, véritables incarnations des trois formes de musique instituées par Boèce, se dessine un itinéraire musical qui, de l’amour profane chanté par les modèles, atteint la perfection divine – celle qui, seule, meut le Soleil et les étoiles.


    Elisa Fellay, mezzo-soprano
    Marie Favre, musicologue, conférencière

Tous les événements